Syndrome de fatigue chronique : comprendre ce phénomène !

De nos jours, il n’est pas rare d’entendre autour de soi quelqu’un se plaindre de la fatigue. Le mode de vie actuel, rythmé par les va-et-vient permanents entre domicile et lieu de travail, ou n’importe quel autre lieu pourvu qu’il nous sorte de notre nid douillet, est un mode de vie stressant. C’est encore pire quand on a un programme chargé et qu’on ne s’offre pas une minute à nous. Il est donc normal qu’au bout d’un moment, on tombe dans la fatigue.

Comprendre la fatigue chronique

La fatigue, phénomène très courant et sensation connue de tous, est cet état causé par la baisse d’énergie et qui est essentiellement caractérisé par une baisse de l’attention, de la somnolence et parfois des maux de tête. Le meilleur geste à adopter, et on ne vous apprend rien, c’est le repos, le plus souvent procuré par une bonne sieste ou une nuit de sommeil complète.

Pourtant, il arrive que celle-ci soit durable et résiste au repos. Elle peut survenir par épisodes fréquents ou se manifester d’une manière quasiment constante : au-delà de 6 mois, on parle de fatigue chronique.

Syndrome de fatigue chroniqueIl est rare de voir ces deux mots associés pour décrire un phénomène. Pourtant, une fatigue durable n’est en rien normale, cela est un signe d’un dysfonctionnement systémique qui fait que votre organisme ne parvienne pas à retrouver un équilibre normal. On parlerait d’un syndrome neurologique découvert dans les années 80 et portant le nom de « Syndrome de fatigue chronique ». Dans le jargon médical, on parle de « encéphalomyélite myalgique ». D’autres termes peuvent lui être associés comme « maladie d’intolérance systémique à l’effort ».

Ce trouble, qui n’était alors pas considéré comme une maladie réelle, est aujourd’hui reconnu par l’OMS et classé dans son code diagnostique sous le nom de « encéphalomyélite myalgique bénigne »

Symptômes de la fatigue chronique

Comme tout syndrome, celui-ci ne vient pas sans symptômes. Comment faire la différence entre un simple coup de barre et une réelle maladie ? Voici les signes qui doivent vous interpeller :

  • La survenue soudaine et durable : asthénie, faiblesse, lourdeur, difficulté à réaliser le moindre effort, mouvements pénibles, sensation d’étourdissements en position debout.
  • Fatigue au réveil (sommeil inefficace), épuisement au moindre effort, physique ou mental, qui persiste même après l’arrêt de l’activité.
  • Photosensibilité, intolérance au bruit et à certaines odeurs.
  • Céphalées, diminution de la mémoire et de la concentration.
  • Maux de gorge fréquents. Troubles gastro-intestinaux (syndrome du côlon irritable).

Aussi, il existe  différents facteurs de risque à l’encéphalomyélite myalgique. Il a été remarqué que les femmes étaient plus touchées par ce mal que les hommes et ce, avec un ratio de 2 à 4 fois. Les personnes atteintes avaient un rythme de vie normal et sain, donc cela ne veut rien dire, mais il se trouve que les personnes âgées entre 30 et 50 ans étaient plus susceptibles d’être atteintes, et que ce syndrome semble toucher toutes les ethnies.

Par ailleurs, notons que vos smartphones sont également susceptibles de causer une fatigue chronique à cause des ondes électromagnétiques qu’ils émettent. Pour les contrer et remédier ainsi à ces expositions nocives, il est conseillé d’utiliser des patchs anti-ondes. Ces derniers, véritables boucliers, sont capables de vous protéger en absorbant ces émissions. 

Comment traiter le syndrome de la fatigue chronique ?

Syndrome de fatigue chronique

En pratique, il n’existe pas de traitement spécifique à ce syndrome, car sa cause n’est pas connue. Qui plus est, les traitements existants sont symptomatiques, c’est-à-dire qu’ils soulagent les symptômes afin d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes.
Le traitement médical de l’encéphalomyélite myalgique repose sur :

  • Un traitement de la maladie de fond responsable du syndrome.
  • Un suivi et un soutien psychologique. Une prescription d’antidépresseurs.
  • Une prescription de stimulants, tels que la caféine.
  • Pratiquer le yoga ou tout autre type d’activité à visée relaxante, telle que la méditation.
  • Prise d’anti-inflammatoire en cas de douleurs et de maux de tête.
  • Adopter une bonne hygiène de vie.
  • Pratiquer une rééducation musculaire, celle-ci se doit d’être lente et de démarrer tout doucement.

Comment prévenir la fatigue chronique ?

Bien qu’il soit concrètement impossible de prévenir la fatigue chronique, étant donné que nous n’en connaissons pas la cause, il existe quelques gestes à adopter pour s’en éloigner au maximum. Donc, voici quelques conseils pour éviter une rechute :

  • Maintenir un style de vie sain, et donc pratiquer une activité sportive.
  • Tout faire afin de maintenir un cycle nycthéméral régulier.
  • Eviter de consommer de façon excessive la caféine ou toute boisson stimulante.
  • Réduire sa consommation d’alcool.
  • Faire de son mieux pour manger à des heures régulières, éviter les grignotages entre les repas.
  • La glycémie et ses variations sont souvent associées à des périodes de fatigue. Il est de ce fait recommandé de diminuer sa consommation de glucides.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *